Visitez le site implique l'acceptation des cookies. - Voyez plus à: Politique de confidentialité des cookies

Les comités d'experts, lobby et conflits d'intérêts.

Les comités d'experts, lobby et conflits d'intérêts.

Les différents experts siègeant dans les diverses commissions pour donner leurs avis de mise sur le marché des nouveaux vaccins, de médicaments touchant à notre santé, sont-ils vraiment indépendants et ne défendent-ils pas en premier lieu les intérêts des fabricants de vaccins et des société pharmaceutiques ?

Catherine O'Driscoll a mis le texte ci-dessous en ligne sur son site:
http://www.canine-health-concern.org.uk de SOUCI de SANTE CANINE (association).
En parcourant le texte il ne vous échappera fort probablement pas que cette association dénonce ces collusions d'intérêts qui ne sont pas sans conséquences, depuis des années.

Certes, essentiellement axé aux États-Unis ou en Angleterre, ce constat serait-il différent par exemple en France ou en Allemagne ? Ne croyez-vous pas que depuis la première publication, ce tableau aurait fondamentalement changé de nos jours ?

SOUCI de SANTE CANINE (association)

Un conflit d'intérêt corrompt le processus d'habilitation de vaccin.
Journal "The Lancet " 9/02/2000

Un rapport de comité du Congrès des Etats-Unis a découvert que les hauts fonctionnaires ne font pas appliquer les règlements qui éviteraient les conflits d'intérêt concernant les vaccins, ce qui permet à des experts ayant des liens avec l'industrie d'influer sur des commissions d'enquête pour l'approbation des vaccins.
Le député Dan Burton, président du Comité Parlementaire des Réformes Gouvernementales, l'organisme qui a préparé le rapport, fait partie de ceux qui critiquent la politique de vaccination du gouvernement américain. Burton dont le petit-fils est autiste est convaincu qu'il peut y avoir un lien entre la maladie de l'enfant et le vaccin contre la rougeole.
Le rapport du comité concerne deux commissions d'enquête ayant autorisé le vaccin du rotavirus Rotashield.

Des enquêteurs ont trouvé que le Comité-conseil de la FDA sur les vaccins et produits apparentés  et le Comité-conseil sur les pratiques immunitaires des Centres pour le Contrôle des Maladies et de la Prévention, comprenaient des experts susceptibles d'avoir des conflits d'intérêts. Certains membres étaient connus pour avoir des actions dans une entreprise fabriquant des vaccins ou pour avoir reçu des aides financières d'entreprises qui y trouveraient avantage.

Selon Linda Suydam,- membre senior associée de la Commission de la FDA qui surveille la sélection des groupements de conseillers -, l'agence exige des membres que toute clarté soit faite sur les conflits d'intérêt mais dans des cas flagrants, le conflit d'intérêt est tout bonnement nié.
Cependant, elle a aussi remarqué que les experts avaient souvent des relations avec les laboratoires pharmaceutiques ou étaient sous contrat universitaire avec ces laboratoires.


Conflit d'intérêt ? De nombreux conseillers pharmaceutiques de la FDA liés financièrement aux entreprises le 25 septembre à Washington 

Plus de la moitié des experts engagés pour consultation auprès du gouvernement américain sur la sécurité et l'efficacité des médicaments  ont des liens financiers avec les laboratoires pharmaceutiques qui seront affectés par leurs décisions, signale aujourd'hui le magazine USA Aujourd'hui


Les experts sont recrutés pour conseiller la FDA américaine sur des sujets tels que :-

 

  • Quelles précautions d'emploi devraient être  mentionnées par les marques ?
  • Quels médicaments devraient recevoir une autorisation de vente ?
  • Comment devraient se dérouler les études sur les médicaments  ?


Ils sont censés être indépendants mais le journal  les Etats-Unis Aujourd'hui révèle que dans 54 % des cas, les consultants avaient un intérêt financier direct dans le médicament ou la procédure qu'ils devaient évaluer.


Dans ces conflits on trouve l'exemple de consultants impliqués  dans l'assistance à un laboratoire pour l'élaboration d'un médicament, suivie immédiatement par leur participation à une commission consultante censée évaluer ce même médicament, un autre exemple où le consultant détenait des actions dans l'entreprise pharmaceutique ; ou encore, il avait bénéficié de bourses de recherche  ou de défraiements pour ses conseils  de la part d'une telle entreprise.

Des centaines d'irrégularités

La loi fédérale américaine interdit à la FDA de recruter des experts ayant des conflits d'intérêt d'ordre financier mais selon le journal, l'agence a contourné la restriction plus de 800 fois depuis 1998…

ET au Royaume-Uni ….

La Commission des Produits Vétérinaires conseille le Bureau de direction des Médicaments Vétérinaires  sur le fait d'accorder ou pas une autorisation de mise sur le marché.


Parmi les experts  indépendants, on trouve :

  • Le professeur P Lee qui a bénéficié d'aides financières pour ses recherches de la part de Bayer, Intervet Royaume-Uni, Novartis, Nutreco, Rhone Poulenc et Mérieux
  • Le Dr Q McKellar qui a fait de la recherche sous contrat pour Arnolds, Boehringer, Ciba-Geigy, Technologies Core, Cross Vetpharm Groupe, Laboratoires pharmaceutiques Grampians,  Recherche Inveresk International, Laboratoires Leo, Merial, MSD Agvet, Pfizer, Pharmacia Upjohn, et Bayer,  et a donné une conférence rétribuée par Bayer. Il est répertorié comme directeur des Laboratoires Grampians

  • Le Professeur R Richards qui a bénéficié de contrats de recherche ou de bourses de la part de Vetrepharm, Recherche Inveresk, Bayer, Ciba, Elanco, Ewos Uniroyal, Fournitures Fishpharm, Intervet GB, Hoffman Laroche, Rhone Poulenc, Roche, Sandoz, Schering-Plough, et a travaillé comme consultant pour Eurogentec.

  • Le Professeur R Gaskell a un portefeuille chez Boots, Glaxo, et a reçu plusieurs bourses de recherche et de l'aide financière étudiante de la part de Intervet et Pfizer.

  • Le professeur Gettinby qui est consultant – ou l'a été dans le passé – pour Produits Pharmaceutiques Grampians , Hoechst  RU, Laboratoires de Recherche Médicale Organon (une filiale d'Intervet) et a bénéficié d'aide à la recherche de la part de Grampians.

A présent, se pose la question..

Comment se fait-il que quelqu'un qui est étroitement lié avec des firmes chimiques et des  laboratoires pharmaceutiques puisse être considéré comme indépendant ?
Et nos universités produisent chaque année des centaines de scientifiques en Grande-Bretagne.. pourquoi donc faut-il que ceux qui reçoivent des bourses d'études et des rétributions comme consultants soient les seuls experts indépendants trouvés par notre gouvernement ?

 ...et comme question supplémentaire

Faut-il croire qu'en France, en Belgique, au Québec ou en Allemagne ce tableau serait différent ?

 

© Pieter Wenk 2006-2014 http://www.b-a-r-f.com
All rights reserved. This material may not be published, broadcast, re-written or redistributed without prior permission by the author.

 

 

ImprimerE-mail

Paypal Faire un don.

Merci pour votre soutien. Les fonds récoltés serviront aux différentes travaux de maintenance du site/serveur.

:


bed-fluent
bed-fluent
bed-fluent