For more information, please follow to page.
Visitez le site implique l'acceptation des cookies. - Voyez plus à: Politique de confidentialité des cookies

MADDIE 'S FUND : L'utilisation de tests de titrage d'anticorps pour combattre les épidémies dans les refuges animaliers .

MADDIE 'S FUND : L'utilisation de tests de titrage d'anticorps pour combattre les épidémies dans les refuges animaliers .

Avril 2012

Les sujets évaluées par Madde's Fund:

Introduction
Le coût élevé de l'ignorance du niveau d'immunité
Le titrage d'anticorps : une solution réaliste pour les refuges ?
Le titrage d'anticorps est-il à un prix abordable ?
Comment fonctionnent les titrages d'anticorps ? Sont-ils fiables ? Maladies canines. Maladies félines
Former votre personnel à utiliser et à interpréter les titrages

  • INTRODUCTION

Est-ce que cela changerait quelque chose  dans votre refuge  si vous pouviez déterminer dans la demi-heure après l'admission d'un animal s'il a déjà une immunité contre la parvovirose , la maladie de Carré ou la panleukopénie ?

Grâce à l'introduction des tests de titrage d'anticorps sur place, cela ne fait plus aucun doute. Dans des travaux de recherches  sur les  titrages d'anticorps dans les refuges menés à l'Université  de Wisconsin-Madison, l'Université de Floride et l'Université Purdue grâce à un financement  de la fondation Maddie , il a été prouvé que ces tests sauvent des vies et des ressources  à la fois dans la prévention des maladies et lors d'epidémies .
Si c'est vraiment aussi simple que d'effectuer un rapide test sur place, pourquoi cette information n'a-t-elle pas révolutionné la médecine des refuges? Pourquoi les épidémies existent-elles toujours et pourquoi sont-elles encore accompagnées de  dépopulation à grande échelle et de maladies  qui se répandent inutilement ?
En grande partie, c'est parce que l'usage des titrages d'anticorps dans les populations des refuges n'est pas largement comprise. Il existe une confusion sur la façon dont les titrages fonctionnent  pour déterminer l'immunité , sur leur fiabilité , sur le coût de leur utilisation et la différence dans le type d'information applicable aux refuges par opposition à celle impliquée dans l'utilisation des tests de titrage dans la pratique vétérinaire privée.
Aujourd'hui,  les études tout comme l'expérience clinique présentent des arguments puissants  pour les vétérinaires  et les directeurs de refuges, comme pour toute personne susceptible de prendre des décisions dans un refuge ou un contexte  de contrôle animalier et leur permet de voir la situation sous un jour nouveau .

  • LE COUT ELEVE  DE LA MECONNAISSANCE DU NIVEAU IMMUNITAIRE

Quand  les refuges  se déciment  ou doivent fermer leurs portes à l'issue d'une épidémie, c'est parce qu'ils ne savent pas quels animaux présentent de grands risques de contracter la maladie et lesquels ont peu de risques de l'attraper.S'ils le savaient,ils pourraient planifier des solutions de thérapies diversifiées pour les groupes à haut risque et ceux à bas risque au lieu de les traiter comme s'ils étaient tous au même niveau de risque .
Combien de chiens et de chats admis dans un refuge n'ont pas acquis d'immunité contre les maladies normalement couvertes par la vaccination telles que la maladie de Carré, la parvovirose, la panleukopénie féline ?

Alors qu'il n'y a pas eu beaucoup de recherches sur le sujet,2 études concernant les niveaux d'anticorps dans cette population laissent à penser que les chiffres sont élevés.
Une étude de 2010 publiée dans le Journal de l'Association des Vétérinaires Américains a montré que 64.5% des chiens admis dans un refuge de Floride qui se débattait avec des épidémies, n'avaient pas de taux d'anticorps protecteurs pour la maladie de Carré, la parvovirose ou les deux .

Des études publiées dans Microbiologie Vétérinaire ont trouvé que dans 2 refuges du Midwest ,entre 68% et 84.3% des chiens  s'avéraient avoir des niveaux protecteurs d'anticorps  pour la parvovirose  alors que seulement  entre 37.3% et 41.2% montraient des taux protecteurs contre la maladie de Carré .
Cela ne signifie pas que tous les chiens sans taux d'anticorps protecteur allaient forcément attraper la maladie. Les tests d'anticorps vont avoir une marge d'erreur d'un petit nombre d'animaux qui seraient toujours protégés de la maladie même si leurs niveaux de titrage  se situaient sous les niveaux protecteurs. La corrélation entre les résultats de titrage et la véritable immunité face à une rencontre avec les virus sera abordée plus tard .

Cependant, il est probable que plus de la moitié  de tous les chiens  qui intègrent un refuge ont de fortes chances de tomber malades s'ils sont exposés à la maladie de Carré avec un nombre plus faible - sans être négligeable présentant un haut risque d'être atteints de parvovirose.
Comme il est prévisible, d'après ces études, les chiens adultes et ceux qui avaient été précédemment stérilisés ou castrés étaient plus susceptibles d'avoir des niveaux de titrage protecteurs mais au-delà de cette association, il n'y a pas de méthode fiable pour dire si un animal  a acquis l'immunité à un virus  simplement par un examen physique  et pour cette raison ,la plupart des refuges gèrent les 2 groupes  de risques différents exactement de la même manière .
Les animaux immunisés et non-immunisés partagent l'espace de vie et fréquemment l'eau et les gamelles. Ils partagent le même air et sont touchés de nombreuses fois par les mêmes soigneurs. Tous ces facteurs augmentent les probabilités qu'un chien atteint de maladie de Carré ou de parvo ou un chat atteint de panleukopénie transmettra la maladie par contact direct avec les excréments ou les sécrétions respiratoires parce que l'infection est portée par des chaussures, des mains, des vêtements du personnel ou des visiteurs et dans le cas de la maladie de Carré par des systèmes de ventilation inadéquats.
Le risque ne s'arrête pas à la porte du refuge. Les animaux peuvent être placés dans des foyers d'accueil et quelques jours plus tard tomber malades, mettant en danger les animaux de la famille et coûtant de l'argent aux familles adoptantes ou au programme d'accueil et nuisant à l'image du refuge .
De plus ,quand le niveau d'immunité n'est pas connu, tous les animaux sont considérés comme courant un risque égal lors d'une epidémie et ce jugement amène fréquemment des résultats catastrophiques pour les animaux  qu'ils soient en bonne santé ou malades, immunisés ou pas. Non seulement la dépopulation massive met fin à la vie  de tous les animaux du service mais cela cause un impact dévastateur sur le moral de l'encadrement et attire systématiquement de fortes critiques  des membres de l'entourage .
Y a-t-il une autre solution ? OUI! En utilisant des tests de titrage d'anticorps sur le site, le personnel du refuge peut séparer les pensionnaires en 2 groupes avec des protocoles différents, suivant que le risque est bas ou élevé. Les pensionnaires à bas risque peuvent être dirigés rapidement vers des solutions d'adoption et les animaux à haut risque peuvent être déménagés immédiatement vers des familles d'accueil ou des parties isolées du chenil pendant le temps d'attente avant que la vaccination ait apporté la réponse immunitaire .
Et comme l'ont démontré les Docteurs Sandra Newbury et Dr Ronald Schutz, même pendant une épidémie de parvovirose canine ou de maladie de Carré, les animaux connus comme immunisés peuvent être adoptés ou mis dans des foyers d'accueil sans le souci qu'ils tombent malades, soulageant la pression financière sur le refuge à un moment où c'est le plus nécessaire.

  • EST-CE REALISTE D'ENVISAGER LES TESTS  DE TITRAGE  DANS LES REFUGES ?

Ces tests de titrage  peuvent être utiles pour éviter les épidémies mais est-ce se montrer pragmatique que de l'envisager à large échelle dans le milieu des refuges ?
En 2004, Dr Richard Ford écrivait dans: La Médecine des Refuges pour les Vétérinaires et l'Encadrement ( Wiley 2004)que "le coût et les facteurs de temps excluent virtuellement l'analyse des titrages d'anticorps  pour statuer sur l'immunité d'un chien ou d'un chat en particulier.  .

Juste 5 ans plus tard, les docteurs Lila Miller et Kate Hurley ont co-édité: La Gestion de la Maladie Infectieuse dans les Refuges Animaliers ( Wiley-Blackwell 2009).
Dans un chapitre sur la vaccination et l'immunité écrit par les docteurs Laurie J.larson, Sandra Newbury et Ronald Schultz, les auteurs affirment:

Un processus systématique d'estimation de risque, fondé sur une évaluation de l'immunité sérologique, peut être utilisé pour évaluer le risque individuel de chaque animal après une exposition à la maladie de Carré et à la parvovirose canine et à la panleukopénie féline.Parce que les niveaux d'anticorps sont étroitement liés à la protection contre ces maladies, on peut affirmer que les chiens et les chats en bonne santé ( pas de signes cliniques de maladie) avec des taux de titrage protecteurs sont très peu susceptibles d'être infectés ou malades même en cas d'exposition.Une estimation de risque sérologique peut être utilisée pour minimiser le nombre d'euthanasies et autres mesures drastiques et coûteuses lors de la prise en charge d'une épidémie.

Que s'est-il passé pendant ces 5 années, pour provoquer ce revirement ? Pendant ces 5 années, plusieurs refuges ont utilisé avec succès des titrages d'anticorps pour enrayer des épidémies de parvovirose,de maladie de Carré, de parvovirose féline  dans leurs locaux .
En coopération avec mes collègues Dr Sandra Newbury et d'autres, nous sommes effectivement allés dans des refuges confrontés à une épidémie de maladie de Carré où nous avons éradiqué très rapidement cette épidémie en effectuant des titrages d'anticorps a dit le Dr Ronald Schultz à des auditeurs lors d'une émission sur internet de l'Institut MADDIE [sm].
Le Dr Schultz dirige le laboratoire Maddie's pour le Diagnostic et la Prévention des Maladies de Refuges à l'Université de Wisconsin-Madison et est un des grands experts du pays sur les vaccinations et l'immunologie. Lui et d'autres vétérinaires comme Dr Newbury ont utilisé des tests de titrage sur place  pour séparer les animaux entrant dans le refuge en 2 groupes: Ceux dont les titrages indiquent qu'ils sont probablement immunisés  et ceux qui sont susceptibles de courir un risque.

Cela leur permet d'utiliser un suivi personnalisé pour les 2 groupes, basé sur cette estimation du risque.
Nous savons que, s'ils n'ont pas d'anticorps, nous ne voulons pas les introduire dans le refuge dit Dr Schultz. A la place, il recommande d'envoyer ces animaux dans un foyer d'accueil si possible ou sinon, dans une zone d'isolation ou encore si ceci n'est pas disponible, dans un endroit séparé d'une façon ou d'une autre de la partie où sévit la maladie.


Ces animaux qui auraient du être vaccinés à l'instant précis où ils entraient entre les mains du refuge, vont rapidement développer une réponse immunitaire  avec ces vaccinations. Selon  l'étude du Dr Schultz, l'immunité, au moins à des symptômes sérieux, peut se developper pour la maladie de Carré presque aussi vite que l'infection elle-même, parfois en 2 heures tandis qu'elle peut se mettre en place en 72 heures pour la parvovirose.
Et pour ces animaux  pour qui les tests disent qu'ils ont des niveaux protecteurs ? Nous pouvons les mettre dans le refuge nez à nez avec l'epidémie et ils sont protégés dit Dr Schultz. Nous faisons cela depuis 4-5 ans et cela marche très bien.
Les tests d'anticorps  sauvent vraiment des vies dit-il. Dans le passé, quand de grands nombres de chiens étaient euthanasiés parce qu'on ne savait pas pas s'ils étaient susceptibles ou pas, s'ils étaient infectés ou pas - on n'a plus besoin de faire ça à présent. Nous avons des moyens de savoir lesquels des animaux sont protégés et lesquels ne le sont pas.

Vous voulez en savoir plus  sur ces refuges qui ont évité et limité des épidémies en utilisant des tests de titrage et appliqué des protocoles adaptés ?  Alors que le laboratoire du Dr Schultz ne tient pas  une liste publique de ces services, vous pouvez contacter Dr Laurie Larson Assisatante de laboratoire au laboratoire du Dr Schultz à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour plus d'information.

  • LES TESTS DE TITRAGE D'ANTICORPS SONT-ILS  ABORDABLES,NIVEAU PRIX DANS LES REFUGES ?

Qu'en est-il des coûts de ces tests, sujet épineux dans beaucoup d'organisations ..?

Le coût des tests d'anticorps variera suivant le nombre d'animaux et le test utilisé. Un refuge qui utilise ces tests couramment: PATTES Chicago dit qu'ils vont coûter $12 par animal .
Si cela vous parait prohibitif, considérez les choses sur une plus grande échelle.
Le fait de pouvoir  mettre des animaux à bas risque sur une voie rapide vers l'adoption économise tout l'argent qui aurait été dépensé en soins pour ces animaux avant l'adoption. Il n'y a pas besoin de les isoler ou les contenir. Ils n'utiliseront pas d'espace dans le chenil ni de box. Ils ne vont pas accaparer le temps de travail des soigneurs. Il n'y aura pas besoin de nourriture, de litière, de matériel ou de personnel pour s'en occuper. Ils peuvent rejoindre leur nouveau foyer sans tarder, ce qui signifie que des revenus des frais d'adoption vont continuer à arriver.
cela peut constituer une analyse coût/bénéfice irréfutable pour les refuges qui ont des taux élevés en termes de baisse de la mortalité mais est-ce que les tests d'anticorps avec leur politique de suivi différencié coûtent plus cher que le dépeuplement ?

Imprimer E-mail

Paypal Faire un don.

Merci pour votre soutien. Les fonds récoltés serviront aux différents travaux de maintenance du site/serveur.

Amount: